Keenan Jamerson-Delorme avait des attentes élevées en se rendant à un salon de l’emploi, mais il n’aurait pas cru en repartir avec un tel enthousiasme. Keenan, qui est Autochtone et titulaire d’un diplôme avec majeure en commerce de l’Université des Premières Nations, située à Regina, était à la recherche d’un emploi, mais aussi d’un milieu de travail au sein duquel il éprouverait un véritable sentiment d’appartenance. C’est ce qui l’a amené à se présenter à un événement de réseautage organisé par une entreprise qui a à cœur de soutenir l’emploi et la progression de carrière des Autochtones.

« J’étais très attiré par l’événement, car je trouve important de savoir qu’il y a des employeurs qui recherchent activement des personnes comme moi », explique Keenan.



Une recherche de liens et d’appartenance

Lors de l’événement, Keenan a fait la rencontre d’Ashten Brown, associée, programme Perfectionnement des Autochtones RBC, qui travaillait avec l’équipe Recrutement, RH, dans le cadre du programme de stage en roulement. Ashten, qui était elle-même venue comme chercheuse d’emploi à une édition précédente de cet événement quelques années plus tôt, avait maintenant pour tâche de contribuer au recrutement de conseillers en services bancaires, de conseillers en services financiers et de conseillers à la clientèle pour les marchés de la Saskatchewan, du Manitoba, du Nunavut et du Sud-ouest de l’Ontario.


« Au départ, dans mon esprit, une banque était une institution qui s’occupait d’assurance, de finance et de comptabilité, dit Ashten. Mais RBC est beaucoup plus que cela. C’est un milieu où l’on se sent le bienvenu et où l’on peut apprendre une foule de choses. »

PHOTO: JETAASI VERMA
Keenan Jamerson-Delorme
La discussion entre Ashten et Keenan s’est facilement établie en raison des similitudes de leur parcours et de leur désir commun de favoriser l’inclusion des Autochtones. Ashten a aussi parlé de l’importance pour RBC de faire équipe avec des partenaires autochtones et de la place accordée aux Autochtones en vue du renforcement de la culture inclusive de RBC.

Stimulé par cette conversation, Keenan s’est rendu quelques jours plus tard à la succursale du centre-ville de Regina, où il a posé sa candidature au poste de conseiller stagiaire en services bancaires, poste qui lui a été offert au terme du processus de recrutement.
Poursuivre une passion

Ashten, qui avait toujours été très attirée par le domaine du recrutement, a pu explorer cette passion au cours de l’une des affectations successives qu’elle s’est vu confier en tant que participante au programme Perfectionnement des Autochtones.

D’une durée de deux ans, le programme Perfectionnement des Autochtones RBC est un programme de stage en roulement offrant à des personnes qui se définissent comme Autochtones l’occasion de découvrir divers aspects de l’entreprise dans le cadre de quatre affectations. Trois de celles-ci se déroulent au sein du secteur d’activité choisi par l’associé ; pour la quatrième affectation, l’associé travaille auprès d’un organisme communautaire autochtone, ce qui lui permet de contribuer à une cause qui lui tient à cœur tout en mettant en pratique ses compétences et en élargissant son réseau.
Ashten Brown
Ashten considère que le programme a joué un important rôle de catalyseur pour sa carrière. « J’ai l’occasion de discuter avec des gens de divers groupes et de parler de ce qui fait de RBC un milieu de travail de premier ordre », dit-elle.

En raison de sa propre expérience, elle dit être bien placée pour établir des contacts avec les chercheurs d’emploi autochtones. « La réussite des Autochtones me tient à cœur, et les services financiers sont un secteur où nous avons notre place, dit Ashten. Nous avons beaucoup à offrir. »

Cette vision a plu à Keenan et a été un important facteur dans sa décision de s’intéresser à une carrière à RBC.



Jeter les bases d’une carrière

Ayant accepté l’offre d’emploi, Keenan a travaillé quatre mois comme conseiller stagiaire en services bancaires à Regina, en Saskatchewan, dans un milieu où il a pu acquérir de nouvelles compétences, jeter les bases de sa carrière et être lui-même.

« RBC offre un milieu de travail au sein duquel chacun peut véritablement être lui-même, dit-il. Personne ne fait l’objet de jugements ou de préjugés en raison de sa culture. »

Il est très stimulant de faire partie d’une équipe diversifiée, dit-il.

« Tous sont fiers de leur culture, et j’ai été emballé d’avoir la possibilité de représenter ma communauté. Être en contact avec des gens ayant des racines similaires aux miennes a été une belle expérience, et je sais que les clients ont apprécié eux aussi leurs échanges avec moi. À RBC, chacun peut être fier de ses racines. »

Un mot de nos avocats


Cet article offre des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement de l’auteur ou des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion de tiers, explicitement ou implicitement, ni de leurs conseils, avis, information, produits ou services.