Notions financières de base et plus encore


​​​​​​​Un bon point de départ pour réduire l’anxiété financière, selon Paul, consiste à faire le bilan de ses sources de revenus et à déterminer où va l’argent. « Autrement dit, il faut budgétiser. » Paul remarque que le mot « budget » peut paraître intimidant, mais que « sans un budget en bonne et due forme, il est pratiquement impossible d’aller de l’avant »

« Améliorer ses connaissances financières est sécurisant. Sans devenir un as de la finance, on gagne en confiance et on est en mesure de prendre des décisions éclairées », ajoute Paul. Il s’agit, fondamentalement, d’acquérir de nouvelles habitudes qui « améliorent votre attitude par rapport à l’argent et votre relation avec celle-ci ». Par exemple, établissez des virements automatiques pour mettre de côté des montants, aussi minimes soient-ils, pour l’épargne, avant même de payer vos factures.

Paul suggère également de tirer pleinement parti de ses avantages sociaux. De nombreuses entreprises offrent des régimes collectifs d’épargne pour une mise de fonds ou le remboursement d’un prêt hypothécaire ou d’un prêt étudiant.


Comment les entreprises se soucient du bien-être financier de leurs employés


Tim Mark abonde dans ce sens. Le directeur général principal, Régimes de retraite et bien-être financier, Ressource humaines, de RBC affirme que les entreprises peuvent jouer un rôle déterminant dans le bien-être financier de leurs employés. « La plupart des gens veulent vivre au temps présent tout en épargnant pour l’avenir. Ils doivent donc pouvoir gérer confortablement leurs dépenses courantes tout en jetant les bases de l’avenir. »

RBC reste déterminée à offrir un milieu et des conditions de travail durables, dynamiques et inclusives. Il est donc logique de soutenir le bien-être financier des employés. Cette approche qui contribue à réduire le stress financier peut accroître la mobilisation et la productivité, en plus de constituer un facteur de différenciation clé de la proposition de valeur aux employés.

« L’objectif est d’offrir aux employés des choix pertinents, simples et souples qui répondent à leurs besoins tout au long de leur carrière. »

Tim estime que les employés devraient profiter au maximum des programmes de cotisations patronales de contrepartie. Par exemple, dans le cadre de son régime de retraite pour les employés RBC verse une cotisation de contrepartie pouvant atteindre 100 %. « Chaque fois que vous cotisez, vous doublez votre épargne. »

Le régime collectif d’épargne de la Banque, pour sa part, comporte des cotisations de contrepartie de 50 %. « C’est comme obtenir un retour sur investissement de 50 % avant même d’investir. Ça peut finir par rapporter gros. » De plus, étant donné sa taille et sa portée, la Banque peut négocier des frais de gestion très avantageux auprès des fournisseurs de fonds de placement. « Les avantages pour nos employés sont considérables, car les économies que représentent ces frais réduits peuvent s’accumuler au fil du temps. »

Si l’objectif des cotisations de contrepartie est d’inciter les employés à épargner pour leur retraite, Tim rappelle que la banque aide tous les employés à atteindre cet objectif, même s’ils ne participent pas au régime de la Banque. « Nous voulons que nos employés disposent d’une certaine épargne à l’issue de leur carrière. »

RBC verse également des cotisations de contrepartie pour des objectifs à court terme, comme une mise de fonds sur une maison, le remboursement d’un prêt étudiant ou des vacances. « Notre but premier est d’aider nos employés à épargner pour l’avenir ou à rembourser leurs dettes. Ce genre de comportement mérite d’être récompensé. »

Plus généralement, la Banque met à la disposition de ses employés des ressources et des outils éducatifs pour les aider à prendre des décisions éclairées et à « renforcer leur savoir-faire financier ».

Tout au long de l’année, RBC offre un « crédit bien-être » aux employés du Canada qui participent à des programmes visant à renforcer leur santé financière, physique et mentale. Les employés peuvent échanger ce crédit contre tout article susceptible de contribuer à leur bien-être, comme un abonnement à un centre de conditionnement physique, des applications liées à la santé ou aux finances, des chaussures de course, etc.

Tim précise que la Banque continuera de tirer parti de son expertise, de ses ressources, de sa taille et de son envergure pour aider ses employés à vivre confortablement et à atteindre leurs objectifs financiers. « Les employés qui ne sont pas préoccupés par leur situation financière ont la tranquillité d’esprit voulue pour se consacrer à nos clients. Leur bien-être est la clé de notre réussite. »



Un mot de nos avocats

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n'a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d'autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.