Un électricien qui devient conseiller financier ? Ce n’est pas le changement de carrière le plus évident. Pour Tyler McIntosh, il était logique – pour ses directeurs et ses mentors de RBC, aussi.

RBC, l’un des principaux employeurs canadiens, est à l’avant-garde de ce qu’on considère, en matière de mise à niveau des aptitudes, comme une révolution. Depuis qu’elle fait partie de la Future Skills Alliance mise en place par le Forum économique mondial, RBC côtoie des employeurs, des formateurs et d’autres intervenants résolus à adopter des pratiques de gestion des talents axées sur les compétences. L’objectif est de donner à tous les travailleurs ou futurs travailleurs les mêmes chances d’exceller sur le marché du travail mondial.

En amenant de nombreuses personnes à revoir leurs priorités et les options qui s’offraient à elles, la pandémie a joué un rôle déterminant dans la refonte des milieux de travail.

« Les employés en attendent davantage de leurs patrons, explique Lisa Melo, vice-présidente, Apprentissage et rendement. Ils veulent travailler dans des domaines permettant d’acquérir de nouvelles compétences et ainsi de faire progresser sa carrière. »

« Les compétences sont, plus que jamais, le point d’accès à des possibilités d’emploi et de perfectionnement pertinentes – pas forcément en rapport avec un emploi antérieur. »

Tyler McIntosh en est le parfait exemple : originaire de Kingston (Ontario), il ne savait pas trop quoi faire, une fois son diplôme d’études secondaires en poche. En attendant d’y voir plus clair, et pour gagner sa vie, il a fait comme plusieurs de ses aînés et est devenu électricien.
C’est une profession comme une autre et elle permet de payer ses factures, mais quand Tyler est entré au conseil d’administration du syndicat local, il s’est senti appelé ailleurs. Ses responsabilités de fiduciaire dans le domaine des régimes de retraite puis dans celui de la santé et du bien-être l’ont aidé à acquérir des connaissances financières tout en aidant les autres – une passion, chez lui.

C’est ainsi que Tyler a pris la décision audacieuse de changer complètement de profession, après 13 années comme électricien. Le fait de ne pas être allé à l’université et de devoir tout reprendre à zéro ne l’a pas arrêté.

« Les nouveaux défis ne m’ont jamais fait peur, dit celui qui, en août 2021, est entré à RBC comme conseiller en services bancaires. J’avais déjà été apprenti. Ce n’était pas très différent. »

Il sait gré à ses directeurs de l’avoir aidé à atteindre ses objectifs en l’encourageant tout en veillant à ce qu’il suive la formation interne et externe qu’exigeait l’étape suivante – en octobre 2023, Tyler est devenu conseiller financier agréé.

L’ancien électricien travaille aujourd’hui dans l’une des toutes nouvelles succursales de RBC, où les conseillers peuvent s’asseoir aux côtés des clients et les aider à se servir des outils numériques disponibles sur place.

Bien sûr, il est aussi question de conseils financiers pointus. Tyler ne croyait pas qu’il serait en mesure d’aider autant les clients en personne. L’accent placé sur le numérique dans la succursale lui donne des idées.
 
« Il existe tellement de possibilités de progresser ici. RBC propose beaucoup de cheminements de carrière et mon directeur m’encourage à les examiner. »

Si Tyler décide de changer encore de cap, RBC l’aidera. Ses programmes et cours de formation sont conçus pour répondre aux besoins en évolution de l’entreprise et de ses employés. Le programme d’apprentissage social LEAP, par exemple, est une formule immersive et structurée qui permet de mettre à niveau ou de rehausser ses aptitudes auprès de ses collègues de travail.

Lisa Melo souligne que, dans un environnement concurrentiel où tout évolue rapidement, il est essentiel de se perfectionner en continu.

« Pensez toujours "perfectionnement", n’hésitez jamais à essayer de nouvelles choses et à explorer des parcours de carrière différents. Et, surtout, travaillez là où l’on soutiendra votre cheminement professionnel, auprès de dirigeants qui sauront investir dans votre réussite, dans l’amélioration des compétences, dans le mentorat et dans l’apprentissage expérientiel. »

This article was originally published in The Globe and Mail as part of RBC’s recognition as one of Canada’s Top Employers.


Un mot de nos avocats

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n'a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d'autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.