Le 3 juillet 2015 vers 16 h, je configurais mon message d’absence sur ma boîte vocale du travail, car j’étais sur le point de partir en congé de maternité. La date prévue de mon accouchement était le 12 juillet, alors je disposais d’un peu de temps pour relaxer avant le grand jour.  Mais j’ai finalement perdu mes eaux quelques heures plus tard et ma vie a été complètement transformée ! Je me souviens que, pendant l’accouchement, mon mari m’a demandé : Peux-tu retarder l’accouchement pour que le bébé naisse le 4 juillet ? Je lui ai répondu que cela n’était pas vraiment ma priorité du moment.  Évidemment, bébé Timothy est bel et bien né le 4 juillet, pour le plus grand bonheur de notre famille et de nos amis, plus particulièrement pour celui de mon mari américain et de sa famille. Timothy aura donc toujours droit à des feux d’artifice pour son anniversaire.

J’ai connu des hauts et des bas pendant mon congé de maternité.  Pour être franche, il y a eu de nombreux moments difficiles. Changer des couches, nourrir bébé, manger et faire les tâches en vitesse, le tout en étant privée de sommeil : toutes ces choses ont constitué un dur retour à la réalité et un grand contraste avec ma vie antérieure où je travaillais, passais du temps de qualité avec mon mari et socialisais avec ma famille et mes amis. Cela dit, tout n’était pas triste et gris non plus ! Il y avait de nombreux moments touchants, comme lorsque je regardais Timothy dormir ou sourire en tapant des mains, et que j’ai été témoin de ses premiers pas. Je me souviens du sentiment incroyable que je ressentais lorsqu’il dormait sur mon ventre quand il était tout petit...

Ma participation au programme Racines de l’empathie fut un autre moment fort de mon congé de maternité.  Ce programme vise à prévenir l’intimidation en aidant les jeunes enfants à développer plus d’empathie.  Ainsi, nous faisions de Timothy le professeur. Chaque mois, Timothy et moi nous rendions dans la même classe de maternelle pour que les enfants observent son développement au cours de l’année.  Les enfants attendaient impatiemment son arrivée, ils lui chantaient des chansons et jouaient avec lui tout en remarquant tous les nouveaux gestes qu’il pouvait faire par rapport à la séance précédente, comme se rouler sur le côté, s’asseoir, se lever et marcher.  Timothy et moiadorions être avec les enfants et nous avons été ravis de faire partie de ce merveilleux programme !

Au cours de la dernière année, j’ai appris beaucoup de choses sur la vie de nouveau parent et tiré d’importantes leçons de vie qui peuvent s’appliquer à un cheminement de carrière : 

1. Sortir de sa zone de confort
Le comportement parental vient plus naturellement à certaines personnes tandis que d’autres doivent travailler un peu plus fort pour y arriver. Je fais partie de la deuxième catégorie.  Comme je suis une personne introvertie, il ne m’est pas naturel d’être très expressive et de parler de mes pensées et de mes actions ou de les décrire, surtout à un nouveau-né qui n’est pas en mesure de répondre. Il y avaitbeaucoup de moments de silence lorsque j’étais seule avec Timothy.  Avec le temps, j’ai réalisé que ces silences m’indiquaient que je devais interagir avec Timothy en lui parlant ou en chantant. Quand j’ai commencé à le faire, j’ai remarqué qu’il était plus présent et, souvent, il était même excité et heureux.  Bien que cela ne me soit toujours pas naturel, je me sens plus à l’aise de le faire, car c’est devenu une habitude. 

Dans notre cheminement de carrière, nous vivons de nombreuses situations qui ne nous semblent pas naturelles, qu’il s’agisse de nous affirmer, de parler devant un groupe, d’apprendre quelque chose de nouveau, de nous adapter au changement, etc. Nous pouvons toujours mettre de nouveaux comportements à l’essai dans des environnements sûrs avec des collègues proches, des initiatives de bénévolat, etc. Un entretien avec notre supérieur immédiat peut aussi nous aider à repérer les occasions appropriées pour mettre à l’essai et répéter ces nouveaux comportements.

2. Importance of Self Care
I heard it over and over from doctors, nurses, home care visitors, fellow moms, family and friends that I mustn’t neglect taking care of myself over taking care of Timothy. Whether it was a massage, doing something alone (aka ME time), going out with friends etc. these activities did not hinder my relationship with Timothy but rather enhanced it by invigorating and re-energizing me to be a better mom.

Pour en revenir à nos carrières, afin de nous épanouir au travail, nous devons prendre soin de nous pour nous assurer d’être au sommet de notre forme.  Nous devons tous passer du temps à l’extérieur du travail, qu’il s’agisse de passer du temps de qualité avec des amis ou des membres de la famille, de pratiquer des passe-temps ou des loisirs ou tout simplement de dormir et de prendre du temps pour soi afin de réfléchir et de faire un peu d’introspection.

3. Failure is Not Final
While on maternity leave, for a while, I kept beating myself up unnecessarily for not doing something right for Timothy. The failure on my part was not on what I was not doing for Timothy but the fact that I was dwelling on it and not learning from it. Similarly with our careers, failure is not final but instead an opportunity to learn what it means to be resilient.

Nous faisons tous des erreurs et, parfois, ce ne sont même pas des erreurs, mais des décisions prises en fonction de l’information dont nous disposions à ce moment.  Nous ne sommes pas toujours satisfaits des résultats et nous souhaitons parfois avoir une deuxième chance, mais cela n’est pas toujours possible. Nous pouvons cependant contrôler notre façon de surmonter nos échecs, de persévérer et d’appliquer les leçonsque nous avons apprises.

Après 12 mois de congé, il est bien sûr difficile de me réajuster à la routine du travail. Je suis ravie de me joindre à l’équipe des Ressources humaines, Technologie et Exploitation, en tant que première partenaire en ressources humaines. J’ai commencé ma carrière dans le secteur des technologies, je suis donc contente d’y revenir !  J’aimerais saluer tous mes anciens camarades de classe, les diplômés en mathématiques et en informatique de l’Université de Waterloo (les jours pi et les cravates roses !).

Il sera désormais essentiel pour moi de gérer mon temps et mes priorités au travail, car il me faut maintenant aller reconduire et aller chercher un petit bonhomme avec qui passer du temps de qualité.  Cependant, discuter entre adultes, boire un café chaud et manger un repas chaud, à mon propre rythme, constituent aussi quelques avantages à revenir travailler !

À propos de l’auteur:

Elaine- headshot for article

Elaine Stawinski est première partenaire en ressources humaines, affectée au service Technologie et Exploitation à RBC. En plus de cinq ans de travail à RBC, elle a occupé divers rôles au sein de Stratégie et des Ressources humaines.  Elaine est titulaire d’un MBA de la Richard Ivey School of Business et d’un baccalauréat en mathématiques de l’Université de Waterloo.  Elle vit à Toronto avec son mari et son fils.

backToTop